Aliyah: le secret pour vivre sans impôts en Israël pendant 10 ans
PUBLIÉ SUR

Are you thinking of

changing your tax residence?

Our international tax experts are waiting for you

Contact us with no obligation to obtain more details about our services and find out how we can help you.

We can assist you in finding your new tax home with all the necessary guarantees.

Israël est bien connu pour son économie florissante, sa religion, ses longues plages, sa vie nocturne animée et, bien sûr, son vaste patrimoine historique et culturel.

Cependant, beaucoup ignorent son côté paradis fiscal. Nous parlons de l’Aliyah, un terme hébreu qui peut être traduit par « élévation » ou « ascension ».

Bien que l’impôt sur le revenu en Israël pour les personnes ordinaires et les ressortissants du pays ne soit pas du tout attractif (et peut même atteindre un taux de 50%), grâce à l’Aliyah mentionnée plus tôt, les Hébreux ou ressortissants de retour au pays, ainsi que les nouveaux immigrants, peuvent obtenir une imposition attractive de 0%…

Un émigrant arrivant en Israël dans le cadre de l’Alya bénéficiera d’avantages fiscaux importants pendant 10 ans. Il sera exempté de payer des impôts et, pendant la même période, il ne devra pas déclarer l’origine de ses biens et de ses revenus.

Il s’agit donc d’un régime d’exonération fiscale totale qui offre également un niveau de confidentialité inégalé par rapport aux normes occidentales.

Si ce régime est si bénéfique, pourquoi est-il si peu connu ?

Pour ce qui est de nos utilisateurs qui sont ressortissants espagnols ou latino-américains,  ils ont tendance à penser en termes de proximité, d’affinité (Andorre et Portugal) ou en termes de popularité dans les réseaux (Emirats, Qatar, Malte, etc.), et l’histoire et les traditions latines sont très peu liées au judaïsme ou à l’état d’Israël… en conséquence, en termes généraux l’Alyah est une véritable inconnue.

Cependant, ce régime fiscal est extrêmement populaire auprès des Russes et des Français.

Un exemple clair est celui du propriétaire de Chelsea, Roman Abramovich, qui a abandonné son avantage de non-dom au Royaume-Uni pour le superbe régime de l’Aliyah, beaucoup plus avantageux d’un point de vue fiscal.

D’où vient ce régime ?

L’aspect fiscal du régime de l’Alya est apparu en Israël en 2008 sous la forme d’un amendement à la fiscalité ordinaire du pays et est connu sous le nom « d’Amendement 168 à l’Ordonnance sur l’impôt sur le revenu » ou « loi Milchan » (le magnat pour lequel elle a été créée).

Initialement, cet amendement visait à encourager l’arrivée de nouveaux Juifs en Israël (Aliyah) en leur permettant de bénéficier d’une exemption de 10 ans sur les revenus gagnés en dehors d’Israël.

Cette mesure et cette exonération fiscale ont été conçues dans le simple but d’aider les nouveaux Juifs qui s’installent en Israël à éviter les difficultés économiques au cours de leurs premières années d’adaptation difficile au pays.

La réalité, cependant, était bien différente… Et le régime a surtout servi à attirer les millionnaires.

À qui le régime est-il accordé ?

Cette exonération fiscale couvre les revenus qui proviennent de l’extérieur d’Israël, et l’éligibilité requiert le statut de « premier résident en Israël » (indépendamment de l’origine juive) ou « d’immigrant de retour ».

Et comment obtient-on le statut de « premier résident en Israël » ?

Selon nos collaborateurs en Israël, « l’exemption de 10 ans est destinée à tout résident israélien qui vient vivre dans le pays pour la première fois, sans aucun lien avec celui-ci en tant que juif ou non. Toutefois, les non-Juifs auront probablement des difficultés à devenir résidents du point de vue de la loi hébraïque sur l’immigration ».

Le statut de résident pour la première fois en Israël, soumis à un examen strict par le département de l’immigration, est accordé à :

  • « Oleh – Hadash » ou les nouveaux immigrants dans le pays. Ce statut est accordé aux Juifs, aux personnes ayant des racines juives (jusqu’à la troisième génération), aux sionistes ou aux personnes ayant des liens étroits avec Israël. Mais en réalité, ce régime avantageux est accessible à toute personne désireuse de vivre en Israël… et plus d’un non-Juif profite de ce régime (par exemple, le millionnaire James Packer).
  • Autres résidents notables. Dans le cadre du système d’immigration strict d’Israël, et avec des conseils appropriés, une nouvelle résidence en Israël peut être accordée aux personnes qui vont entreprendre des activités commerciales favorables au pays, effectuer un travail qualifié ou avoir des affinités sionistes.

À ce stade, le lecteur peut se demander si cela vaut la peine de déployer tous ces efforts pour pouvoir vivre et résider fiscalement en Israël… mais les avantages de ce régime sont considérables et pratiquement inégalés et sans équivalent dans le monde en termes de faible imposition et d’opacité.

Quels sont les avantages ?

  • Une exemption de 10 ans pour les revenus gagnés en dehors d’Israël.
  • Ces revenus étrangers comprennent les intérêts, les redevances, les dividendes et les gains en capital provenant de sources étrangères, ainsi que les revenus provenant de travaux indépendants effectués au profit de clients non situés en Israël.
  • Un certificat de résidence fiscale est délivré aux bénéficiaires du certificat de résidence fiscale.
  • Une exemption de déclaration de vos revenus pendant 10 ans aux autorités fiscales israéliennes.
  • Possibilité d’obtenir un passeport israélien après une certaine période.
  • La possibilité d’exercer des activités offshore dans des pays à fiscalité nulle et/ou faible dans le cadre de ce type de « ruling fiscal ». En d’autres termes, 10 ans d’exclusion de la définition d’une société israélienne en tant que résidente (via le siège de direction effective) pour les sociétés établies à l’étranger et détenues par un « Oleh » ou un nouvel immigrant. Par exemple, il serait possible d’opérer à partir des Bahamas ou des BVI (avec une imposition de 0 %) sans l’application des règles de transparence fiscale internationale existantes en Israël (règles CFC).

À qui le recommandons-nous ?

L’Aliyah est sans doute l’un des régimes fiscaux les plus avantageux de la planète, non pas en raison de son attractivité fiscale, mais en raison du peu d’examen auquel l’autorité soumet son bénéficiaire. Toutefois, ce régime n’est pas accessible à tous.

Chez Relocate&Save, nous ne recommandons la demande de ce régime qu’à ceux qui ont des ancêtres juifs (troisième génération), des liens avec des peuples juifs opprimés (sépharades), des affinités sionistes ou de grandes entreprises susceptibles d’intéresser l’État d’Israël.

Ce régime a été très attractif pour les Russes et les Français ces dernières années, mais a été peu exploité par la communauté juive d’Amérique latine (Venezuela, Chili, Argentine, etc.) et d’Espagne, actuellement menacée par la montée du populisme et de la gauche bolivarienne.

Quelles sont les meilleures destinations fiscales aujourd’hui ?

Si vous êtes sérieusement intéressé par un changement de résidence fiscale, nous vous recommandons de télécharger gratuitement et de lire notre compte rendu actualisé « Les trois meilleures destinations fiscales du moment ».

Vous pouvez également nous contacter sans engagement via le formulaire de contact ou en écrivant à [email protected]

FREE RELOCATION REPORT

Download our free relocation report

Relocation Report: "The 3 best tax destinations"

Not every problem has the same solution.

SWITZERLAND, PORTUGAL, ESTONIA, MALTA... DISCOVER IN OUR LATEST REPORT WHICH ARE THE THREE BEST DESTINATIONS TO DRASTICALLY REDUCE YOUR TAX BURDEN .

🔒 All your data is treated with absolute confidentiality and never shared with third parties. 

Plus
Articles

Download for free the report "The 3 best tax destinations"

 
 
*
* Required fields

¿Está pensando en

Nuestros expertos en fiscalidad internacional le esperan.
¡Contáctenos sin compromiso alguno!